Home Medias JOURNÉE MONDIALE DE LA NON VIOLENCE CE 2 OCTOBRE: L’OMBRE DE GANDHI PLANE

JOURNÉE MONDIALE DE LA NON VIOLENCE CE 2 OCTOBRE: L’OMBRE DE GANDHI PLANE

JOURNÉE MONDIALE DE LA NON VIOLENCE CE 2 OCTOBRE: L’OMBRE DE GANDHI PLANE
0
0

La journée mondiale de la non violence a été choisie le 2 octobre par l’ONU en référence à Mahatma pour marquer son combat de non violence durant toute sa vie. Mohandas Karamchand Gandhi, issu de la caste des Vayshia, est né le 2 octore 1869 en Inde, à Porbandar dans l’Etat du Gujarat, dans une famille relativement aisée. Elevé dans les valeurs hindouistes, il apprend à connaître les autres religions et la tolérance envers elles. Suivant les coutumes de sa caste, il se marie à l’âge de 14 ans avec Kasturbai qui restera son épouse jusqu’à sa mort en 1942.

Attiré par le style de vie occidental, Gandhi part en 1888 à Londres pour faire ses études de droit. C’est là qu’il lit la Baghavad-Gita, le principal texte de l’hindouisme qui aura une grande influence sur lui. Après trois années en Angleterre, il revient en Inde et exerce sans beaucoup de succès le métier d’avocat…
En 1893, Gandhi est employé comme conseiller juridique pour une société indienne en Afrique du Sud. Il y découvre comment les noirs ainsi que les indiens y sont privés de nombreux droits civiques et sont victimes de l’intolérance et du racisme. Il entreprend alors, pendant les vingt années qui suivent un combat de résistance non violente et de non-coopération face aux autorités d’Afrique du Sud. Influsencé par l’écrivain américain Henry David Thoreau (1817-1862), il développe en 1909 ses théories du combat par la non-violence et la désobéissance civile de masse, la satyagraha, dans un ouvrage intitulé « Hind Swaraj ».
Ayant obtenu des avancées significatives en 1914 de la part du gouvernement sud-africain, Gandhi retourne en Inde, qu’il parcourt pour mieux la connaître. Considérant que, pour obtenir leur citoyenneté, les indiens doivent participer à la défense de celle-ci, il leur demande de s’engager dans l’armée pour soutenir les Britanniques dans la Première Guerre mondiale.

Après la Première Guerre mondiale, Gandhi, vite rejoint par des millions d’Indiens, s’oppose aux Britanniques en organisant la résistance civique et des campagnes de non-coopération (boycott des autorités, des tribunaux et des écoles). Devenu célèbre dans toute l’Inde, il est surnommé le « Mahatma » (la Grande Âme). Il lance également une campagne visant à obtenir l’indépendance économique face à l’appauvrissement de la population et la destruction de l’industrie locale, conséquence de la politique coloniale britannique. Mais sa campagne de désobéissance civile est un échec. Il est arrêté pour subversion en 1922 par le gouvernement britannique et libéré en 1924.

En 1930, bénéficiant d’une influence considérable, Gandhi entreprend une nouvelle campagne de désobéissance civile visant à la suppression des impôts, notamment sur le sel. Il est de nouveau emprisonné, puis libéré en 1931. Toujours par des moyens non-violents mais actifs (boycott, manifestations silencieuses, grèves de la faim…), il entreprend alors une lutte pour l’abolition du système de castes et l’égalité des droits pour les « intouchables ».
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Gandhi, refusant de soutenir les Britanniques sans la contrepartie d’indépendance immédiate, lance un appel pour que ceux-ci quittent l’Inde : « Quit India ». Il s’ensuit la plus radicale révolte pour l’indépendance et de terribles répressions. Gandhi est arrêté en 1942, puis libéré pour raison de santé.

En 1944, les Britanniques s’engagent à accorder l’indépendance aux Indiens s’ils mettent un terme aux querelles entre musulmans et membres du parti du Congrès. Gandhi s’oppose de toutes ses forces à la partition du pays mais doit se résoudre à la création de deux Etats, l’Inde et le Pakistan, en 1947, pour garantir la paix intérieure. Il ne peut empêcher le déchaînement de violence entre les musulmans et les hindous et meurt assassiné le 30 janvier 1948 par un fanatique hindou.
Les combats non violents de Gandhi pour la défense des droits de l’homme eurent une influence importante sur les mouvements de libération et de défense des droits civiques dans le monde entier, notamment pour les noirs en Amérique du Nord (cf. Martin Luther King).

Facebook commentaire

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *