Home Actu-Culture Claude Lalanne, sculptrice florale et poétique, est morte
Claude Lalanne, sculptrice florale et poétique, est morte

Claude Lalanne, sculptrice florale et poétique, est morte

0

Pomme de New York de Claude Lalanne — DON EMMERT / AFP

Ses œuvres florales, surréalistes et poétiques faisaient d’elle l’une des plus grandes sculptrices contemporaines : Claude Lalanne qui formait avec son mari François-Xavier, décédé en 2008, un célèbre duo artistique, est décédée mercredi à 93 ans. Claude Lalanne s’est éteinte mercredi vers 2h du matin à l’hôpital de Fontainebleau, des suites d’un accident vasculaire cérébral massif, a annoncé son galeriste et ami Jean-Gabriel Mitterrand.

« La personnalité de Claude Lalanne était construite comme une forteresse contre le mauvais goût et la prétention. Elle chassait avec humeur, et humour, la médiocrité et ne laissait aucune chance aux exégètes des soi-disant avant-gardes comme aux modes artistiques passagères », a souligné Jean-Gabriel Mitterrand dans un communiqué.

« La simplicité des artistes qui font les choses de leurs mains »

Un de ses sculptures les plus connues est L’homme à la tête de chou, réalisée en 1968 et qui inspira à Serge Gainsbourg son album-concept éponyme en 1976. « J’ai croisé L’Homme à la Tête de Chou à la vitrine d’une galerie d’art contemporain. Quinze fois je suis revenu sur mes pas puis sous hypnose, j’ai poussé la porte, payé cash et j’ai fait livrer à mon domicile. Au début, il m’a fait la gueule ensuite il s’est dégelé et m’a raconté son histoire », a confié Serge Gainsbourg​.

Pour Jean-Gabriel Mitterrand, « Claude Lalanne avait la simplicité des artistes qui font les choses de leurs mains et construisent un monde poétique à eux sans se préoccuper d’autre chose ». « Avec son mari, elle formait un duo artistique exigeant à l’œuvre marquée par l’influence du surréalisme. Les sculptures de Claude Lalanne étaient autant d’instants poétiques volés à la dureté du monde », a réagi sur Twitter le ministre de la Culture, Franck Riester.

La sculptrice, qui travaillait encore à son atelier en fin de semaine dernière sur un escalier commandé par l’architecte et designer Peter Marino, avait étudié l’architecture à l’école des Beaux-Arts puis aux Arts décoratifs de Paris. Le duo de sculpteurs « Les Lalanne » est né de sa rencontre avec François-Xavier Lalanne dans une galerie en 1952. Il devint son mari et partenaire artistique.

Ils font « chambre commune et atelier séparé », confiaient-ils. Chacun a son univers, celui de François-Xavier puise dans le monde animal – avec notamment ses séries de moutons – et celui de Claude, plus poétique, est principalement d’inspiration florale, parfois surréaliste, même si elle a signé son propre bestiaire à côté d’« œuvres utiles », meubles, couverts, miroirs et bijoux.

Une grande rétrospective en 2010

D’abord repérés par le galeriste Alexandre Iolas et Peter Marino, qui tombent sous le charme du Rhinocrétaire de François-Xavier et du Choupatte de Claude, ils deviennent mondialement connus après que Yves Saint Laurent et Pierre Bergé ont sympathisé avec eux et leur ont commandé de nombreuses œuvres au cours des années 1960. La vente aux enchères « Bergé-Saint Laurent », en 2009, a marqué l’explosion de la cote des Lalanne : un lot de quinze miroirs de Claude a été adjugé 1,8 million d’euros.

Claude Lalanne a réalisé aussi le Jardin Lalanne, inauguré en 1986, un jardin d’aventures pour enfants situé aux Halles de Paris et dont la destruction en 2011 avait soulevé de nombreuses contestations. En 2010, le Musée des Arts décoratifs de Paris a consacré aux Lalanne une grande rétrospective.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *