Home Actualités Après le Real, l’Ajax croque aussi la Juve !
Après le Real, l’Ajax croque aussi la Juve !

Après le Real, l’Ajax croque aussi la Juve !

0

Infernale jeunesse de l’Ajax Amsterdam qui, après le tenant du titre, élimine (1-2) ce mardi, à Turin, la Juventus de Cristiano Ronaldo (aller 1-1). Candidats au titre désormais, les Néerlandais retrouvent le dernier carré de la Ligue des champions et c’est tellement mérité.

Le « joueur inarrêtable », comme son entraîneur Massimiliano Allegri l’a désigné avant ce quart de finale retour, ne peut pas s’en empêcher. Là où son rival préféré, Lionel Messi, restait jusqu’à ce mardi sur douze matches sans marquer à ce même stade de la compétition, Cristiano Ronaldo a encore frappé en match à élimination directe de la Ligue des champions.

Au terme d’une première demi-heure sans éclat, où le jeu ronronne quelque peu, « CR7 » surgit sur corner et profite d’un oubli majuscule, impardonnable à ce niveau de compétition, de la part de la défense de l’Ajax Amsterdam. Libéré de tout marquage, le quintuple Ballon d’or a tout loisir de prendre sa course d’élan pour couper la trajectoire du ballon de Miralem Pjanic et tromper André Onana (1-0, 28e). Il n’y a bien que l’arbitre Clément Turpin, pas aidé par la VAR, pour hésiter et visionner la faute d’un Néerlandais sur… un autre Néerlandais ! Que de temps perdu. A la clé néanmoins pour le très cher fiancé de la Vieille Dame un 126e but en C1 et surtout, excusez du peu, sa 65e réalisation en 79 matches éliminatoires pour celui qui, à la différence de Messi, a marqué dans chacun de ses sept matches des quarts de finale (13 buts au total) !

La Juve explose physiquement

Oui, mais voilà, comme à l’aller, la jeunesse amstellodamoise a du répondant. Et la défense turinoise ses soucis aussi avec cette remontée défaillante sur un deuxième ballon, qui laisse dans le dos Donny Van de Beek venir ajuster Wojciech Szczesny à ras de terre (1-1, 34e). La Juve n’aura une fois encore pas su tenir le score et se retrouve en l’état poussée à la prolongation.

Déjà une sensation en soi, qui semble fragiliser ces Bianconeri, qui explosent physiquement,  soudain au bord de la rupture avec ces deux sauvetages décisifs de Szczesny (52e, 57e) quand ce ne sont pas Blaise Matuidi (52e) puis Pjanic (65e), qui sauvent les meubles dans leur surface. L’Ajax se sent pousser des ailes, avec la fougue , le culot et surtout le talent de sa nouvelle génération dorée, qui pèche d’abord par un excès d’altruisme de la part d’Hakim Ziyech (65e). Mais si Dusan Tadic avait été le héros de la qualification à Santiago-Bernabeu, au tour précédent, c’est au tour du capitaine Matthijs De Ligt d’emporter la décision sur un corner, où Alex Sandro et Daniele Rugani, ses deux gardes du corps, ne suffisent pas pour empêcher son coup de tête de donner l’avantage aux visiteurs (1-2, 67e).

Si Moise Kean, au relais d’un Paulo Dybala blessé depuis la mi-temps, est venu épauler Ronaldo, c’est bien l’Ajax qui tutoie le break par David Neres (74e), avant qu’un hors-jeu ne prive Ziyech d’un troisième but superbe (79e). M. Turpin a les nerfs solides pour ne pas siffler la main, totalement involontaire de Daley Blind dans sa surface, et le penalty que tout un stade réclamait (90e). La bande de gamins , après avoir occis le Real Madrid, triple tenant du titre, s’affirme plus que jamais comme des candidats au titre suprême, avant de retrouver le dernier carré, où les joueurs d’Erik Ten Hag attendent avec sérénité le vainqueur du choc anglais entre Manchester City et Tottenham (aller 0-1). Là haut, que Johan Cruyff doit être heureux !

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *